Diaboliser les écrans n'est pas une solution !

Prenez rendez-vous en ligne ou par téléphone au 06.50.55.57.57 - Réponse sous 48h !

Diaboliser les écrans n’est pas une solution !

#parentalite , #ecrans , #debranchezvosenfants

"La multiplication des écrans engendre une décérébration à grande échelle", affirme Michel Desmurget auteur du livre La Fabrique du crétin digital. "Les écrans détruisent le cerveau de nos enfants ! Ils sont nocifs pour le développement cérébral des plus petits." peut-on lire ou écouter régulièrement dans la presse quotidienne. Les écrans sont-ils réellement “neuro-toxiques” ?


Faut-il donc tout bannir (tablette, téléphones, consoles…), afin de protéger le cerveau de nos enfants et leur assurer une vie épanouie ?


Le fait de diaboliser les écrans ne pousse pas à l'action réfléchie.

Dramatiser est sans doute utile pour se faire entendre mais je ne suis pas certaine qu’employer des termes catastrophistes pour parler des écrans soit la meilleure solution, ou en tout cas, la plus efficace pour les parents. Le fait de diaboliser les écrans ne pousse pas à l’action réfléchie.


Au contraire, face à ces constats alarmistes et ces propos “chocs”, les parents s’inquiètent et se retrouvent à avoir des réactions très négatives lorsque leurs enfants sont absorbés par les écrans à la maison : “Lâche ce smartphone ! C’est mauvais pour toi tous ces écrans. tu vas t'abimer le cerveau !” “Arrête ces bêtises sur les réseaux sociaux, ça va te rendre débile !”. Ce genre de phrase n’aide pas l’enfant ou l’ado à changer de comportement face aux écrans. Au contraire, cela pose les bases d’une situation conflictuelle entre parents et enfants.


S’il est important de s’informer à ce sujet, et de se documenter sur les risques liés à un usage excessif des écrans, il me semble essentiel de ne pas céder à la panique et de ne pas considérer les écrans comme une fatalité.


Un ado est largement en capacité de poser son téléphone en rentrant à la maison et se limiter à une heure ou moins par jour de “temps d’écran”. Cela vous paraît peut-être inenvisageable aujourd’hui, mais sachez que c’est possible. Oui, un enfant peut de lui-même arrêter de jouer sur sa tablette sans en faire tout une histoire (ni un scandale !). 


Si vous êtes un lecteur ou une lectrice assidu(e) de ce blog, et si vous avez lu mes livres, je ne vous apprends rien de nouveau : reprendre le contrôle des écrans à la maison, c’est possible. Les postures extrêmes face aux écrans ne vous aideront pas à retrouver un équilibre dans votre vie de famille : ce que je vous propose plutôt, c’est une démarche claire et réfléchie qui vous conduira à poser des règles simples et à les communiquer efficacement à vos enfants. Vous pouvez retrouver les étapes de la reprise en main des écrans dans mes articles de blogs précédents, ici, et



Si vous avez besoin d’aller plus loin pour reprendre en main l’usage des écrans, vous pouvez (re)lire mes livres, notamment “Débranchez vos enfants” ou me contacter pour prendre rendez-vous et trouver des solutions adaptées à votre situation.